Larmes sèches

Le printemps semble hoqueter, cette année. Les grosses chaleurs sont remplacées par de grosses pluies, et la température baisse, chute de dix degrés en deux jours de temps. De grandes bourrasques de vent amènent de gros nuages d’orage, et le lendemain un soleil lourd pèse sur les têtes. La rumeur du monde n’est pas joyeuse.

 

Et pourtant, la catastrophe n’aura pas lieu.
Cette catastrophe qui fait que soudainement toute la planète va périr en flammes, dans les pleurs et la famine, cette catastrophe qui signe la fin des voitures et des avions du jour au lendemain, celle qui va nous appauvrir soudainement et nous conduire tous à la rue, qui nous amènera à la destruction de toutes les espèces vivantes, à la guerre généralisée et soudaine, à la destruction mutuelle, totale, irréparable, finale.

Et c’est peut-être même notre problème.

 

On raconte que si on met une grenouille vivante dans un bain d’eau très chaude, elle sautera pour s’échapper. Par contre, si on la met dans un bain d’eau froide et que l’on fait monter progressivement la température, elle se laissera ébouillanter tranquillement.
Nous sommes de toutes parts assaillis par la Fin du Monde. Les oreilles gavées et la tête pleine, nous nous réfugions dans l’inaction, soit parce que nous nous sentons impuissants, soit que nous n’en ayons « rien à foutre ». Dans ce cas, il est vrai que nous n’avons rien d’autre à faire que de regarder ce qu’il se passe et de prendre des notes comme un entomologiste observe des insectes. Des insectes… Combien en arrivent à la détestation de l’être humain, au moins dans leurs mots, plutôt que d’essayer de vouloir oser changer le monde ? J’en connais personnellement une demi-dizaine, une demi-dizaine qui se réfugie dans le nihilisme pour calmer leurs angoisses. Ne surtout plus y penser. Ces personnes qui hurlent à la médiocrité de l’humain et à prêchent sa destruction pour laisser la nature reprendre ses droits, eux qui fantasment sur une essence de l’Humanité et une essence de la Nature, pour eux la cohérence ne les mène qu’à apprécier que leur plaisir et leurs proches. En fait de nihilisme, ils sont anti-sociaux dans l’idée, mais, souvent, n’appliquent pas à la lettre leurs préceptes. Ils ont une morale qu’ils n’appliqueront que quand ça les arrange, c’est à dire quand ils ont préjugé qu’il ne sert à rien d’entrer dans le débat ou, bien plus important encore, dans l’action. À eux qui forment l’arrière-garde de l’irrationnel et de la décrépitude du capitalisme individualiste, laissons le soin de voir l’étendue de leur vide intérieur et laissons les contempler la sécheresse de leur inertie et de leurs conséquences.

C’est aux autres, aux démunis et aux submergés, qu’il est important de savoir que le Monde ne va pas finir. Le Monde va s’adapter et, bien plus terrible encore, va s’habituer. Nous n’allons pas avoir des nuées de sauterelles venant dévorer nos plantations et nos chairs, du jour au lendemain ; nous les verrons s’amasser, mois faisant années, revenant avec la saison, et puis, presque soudainement, presque par magie, leur présence sera insupportable, incompréhensible. Et définitive.

Il faut prendre garde de tout remettre sur le dos de l’individu, cependant. La conscience individuelle, elle provient grandement du réseau des consciences autour de soi, des questions et des discussions, et des actions, et des actes. Et ce sont les domaines des classes sociales et des rapports de force qui nous rattrapent. Alors, au risque de se répéter, et de marteler, faut-il encore dire que le prolétariat et la bourgeoisie n’ont pas la même responsabilité dans la déliquescence de l’environnement et dans l’inertie pour changer les consciences, saisir enfin la cécité hystérique de ce mode de production crétin, de cette croyance que la propriété de celui qui possède un bout de papier lui permet « moralement » de faire ce qu’il souhaite d’une entreprise et du monde, qu’il en a le « droit ». Oui la morale est de son côté, celle d’une société qui justifie le droit de propriété de la production de marchandises au détriment du droit de propriété de celui qui utilise et qui a besoin des marchandises, mais cette morale-là n’est pas universelle. Ce qui sera demain notre quotidien nous rappelle cela.

Celui qui ne voit que l’accumulation des problèmes est le pendant néfaste de celui qui n’en voit aucun ; chacun d’eux n’a pas conscience que la répétition inlassable des mêmes choses, ce n’est qu’une vue de notre esprit. La vie ne connaît que des variations, il n’y a pas d’éternel retour, et il n’y a pas non plus d’infini dans notre monde matériel. Les limites existent tout autant dans les ressources de matières premières que dans l’accroissement des températures, la hausse de la quantité de dioxyde de carbone ou du niveau des mers. Ces processus sont graduels et évolutifs, ils connaissent surtout une fin. Le vrai soucis que nous avons, c’est qu’ils s’additionnent, se cumulent et s’alimentent les uns les autres, participants d’un grand banquet cannibale. Les équilibres ne sont pas rompus, parce qu’ils n’ont jamais existé de manière stable. Toujours en mouvement eux-mêmes, ils souffrent à présent d’une trop grande force de déséquilibre, et, surtout, d’une accélération de plus en plus forcenée, et cela dans de trop nombreux domaines différents. Qu’en effet l’écologie se mette en saturation avec la politique, l’économie et le social, le culturel et le diplomatique, cela peut me sembler curieux dans un premier temps ; mais par la suite, je me dis : « Comment est-ce que ça a pu tenir aussi longtemps sans se casser la gueule ? » Parce que les forces qui nous sautent au visage grignotent dans les profondeurs de notre société depuis bien longtemps, et que c’est surtout nous tous qui, collectivement, avons la nausée au bout des lèvres. Et si la chaleur deviendra de plus en plus étouffante, la climatisation deviendra notre drogue, soulageant notre douleur et aggravant notre mal, rejetant et concentrant la chaleur dans l’atmosphère.

 

Camarade bourgeois, ton argent t’achètera le droit de nous polluer de la chaleur que ton doux foyer enclos aura produite, ton argent t’achètera le droit de continuer à prendre l’avion et à assombrir notre ciel. Tu nous donneras la preuve vivante que, finalement, si, ta classe aime le partage, voire même qu’elle aime bien offrir.

Et pas besoin de grand événement pour que tout cela arrive, c’est en ce moment, juste là. Pas de grand bouleversement, c’est dans le sens du courant, tout est prêt, il n’y a qu’à laisser le temps tranquillement de dépeloter. Laisser arriver l’invention d’un nouveau contrat social, ce contrat que les libéraux apprécient tant, que l’on renégociera unilatéralement, et que, de toute façon, peu remettent en cause. Pas de mépris pour autant : on ne naît pas révolutionnaire, on le devient.

La catastrophe écologique, ce n’est pas un moment particulier, une date, un jour et une heure. C’est l’accumulation des alertes qui préviennent de l’arrivée d’une catastrophe écologique, et la prise de conscience, majoritaire dans les masses, persistante comme une rage de dent, que le point de non-retour, la dernière chance de revenir au cours normal des choses, c’était hier.

 

Post-Scriptum

Il y a une morale à l’histoire de la grenouille, parce que l’histoire de la grenouille qu’on raconte n’a pas subi l’épreuve des faits, est resté dans le monde des idées et des fables édifiantes

L’histoire de la grenouille qui attend sa fin dans de l’eau, en réalité, est fausse. Elle sautera quand même de son bain.

À un moment, quelque chose va se débloquer en elle, elle va prendre conscience que quelque chose se passe, elle va se rendre compte qu’on est en train d’essayer de la faire cuire à petit feu.

Et la grenouille ne va plus se laisser faire.

Laisser un commentaire